Des Mots et Des Arts – vivre l’art à Paris

Des Mots et des Arts – le concept

Des Mots et des Arts vous propose de partir à la découverte de tout ce que Paris peut proposer d’artistique. Une façon éclairée de vivre l’art à Paris. Une façon aussi de s’autoriser ce que l’on n’aurait peut-être pas fait naturellement . Par exemple, entrer dans une des multiples galeries d’art parisiennes. Ces lieux dont on ose peut-être pas pousser la porte naturellement et qui pourtant recèlent de vrais trésors, aussi.

Des visites de galeries, d’expositions parisiennes.

Et puis Des Mots et des Arts propose également des visites guidées de Paris. Pour découvrir ou redécouvrir les passages couverts, ou encore le méconnu et pourtant magnifique hôtel de Lauzun.

Et puis des cours. Des cours annuels ou en cycles trimestriels comme par exemple un cycle thématique complet d’histoire de l’art, ou encore l’art contemporain après 1945.

Des apéros arty, et peut-être mon favori, « mardi, c’est galerie  » : pour faire d’une pause déjeuner un moment de plaisir artistique.

Et j’ai testé, le parcours de galeries.

Des Mots et des Arts – découverte de galeries

Un parcours multiple, qui permet de commencer à comprendre un quartier et ce qu’il  propose en matière d’art.

Ce jour là, c’était le Marais.

Une heure et demie, en petit groupe, et accompagnée par un docteur en histoire de l’art, tout aussi passionnant que son titre est impressionnant.

Il savait poser le contexte, situer l’artiste et la galerie dans leur contexte artistique historique, permettant ainsi de comprendre, et cela même sans apprécier l’oeuvre dans certains cas.

Un quartier, trois galeries, trois univers.

Des Mots et des Arts – un quartier, trois galeries

Galerie Lazarew.

Au commencement était un collectionneur d’art : Alexandre Lazarew.

Découverte d’artistes émergents, mais aussi redécouverte d’artistes confirmées dans tous les cas, des choix motivés avant tout par les coups de coeur du créateur de la galerie et de son associée.

Lors de notre visite, c’est l’artiste Shaka qui était exposé. Un artiste français qui vient du streetart puisqu’il commence le graffiti en 1995. Mais très vite, il va au delà.

Il entre aux Beaux Arts, se confronte à différentes techniques artistiques, sculpture, peinture à l’huile, sérigraphie et tant d’autre.

Chez Shaka, le thème central sont « les écorchés« , la violence de la société et son impact sur nos vies, nos corps, nos âmes. Des personnages sans armure qui montrent leur vrai visage et leurs émotions.

Le carrousel ici représente cette tendance à recommencer encore et encore sans apprendre de ses erreurs.
Il s’inspire du streetart avec l’utilisation du lettrage, mais il utilise peinture à l’huile et techniques traditionnelles.

Ni sculpture ni tableau, ses créations questionnent les formats traditionnels de l’art.
Quand une œuvre surgit du tableau elle entre dans le monde du spectateur et l’intègre ainsi dans la création.

On est ici dans de l’art figuratif pur.

Et si vous aimez Shaka, soyez vigilants : dans un mois il créera une œuvre en live devant Beaubourg.

Galerie des multiples

Cette galerie, créée en 2002 par Sandrine Balleydier et Gilles Drouault, a une double vocation : studio de création graphique et galerie de multiples, la volonté étant de participer à leur façon à l’accessibilité de l’art contemporain.
Toujours pièces multiples pour rendre l’art plus accessible.
Ici, c’est le minimalisme qui prime.

Notre guide nous explique que l’artiste du moment effectue un travail sur la lumière et l’espace, tendance artistique qui apparait à partir des années 60.
Le concept : présenter des objets avec lesquelles le spectateur a un rapport physique. Des objets du quotidien qui deviendraient art.

Les artistes prèsentent plutôt qu’ils ne représentent.


La Galerie des Multiples est également connue pour son programme 100 pour 100.
100 artistes qui produisent 100 œuvres à 100€ pour rendre l’art abordable encore.

Vous l’aurez compris sans doute, j’ai été nettement moins sensible aux objets présentés ici, mais j’ai beaucoup apprécié les explications simples et chronologiques de notre guide.

Galerie Perrotin dernière étape.

Nous finissons le parcours dans « la galerie des galeries ». La galerie Perrotin, sans doute une des plus connues du quartier voire même de Paris.

 

Dans la lignée de Takashi Murakami, premier artiste de cette galerie, le créateur de cette galerie crée une sorte d’incubateur pour de nouveaux artistes dont celle exposée en ce moment : Aya Takano.

 

Au Japon, les éditeurs de bandes dessinées sont reconnus en tant qu’artistes contrairement à ce qui se passe en Europe.

Aya Takano créé un monde onirique. Elle y représente ses obsessions, la découverte de soi, de la féminité, la lutte de la lumière contre l’ombre.Une sorte de conte initiatique qui part d’un monde très technologie vers un autre monde en harmonie avec la nature.

 

Ce que ce parcours m’a clairement montré, c’est la richesse de la proposition artistique des galeries de ce quartier. Visiter avec Des Mots et des Arts permet de pousser la porte de ces galeries où nous n’entrerions peut-être pas naturellement , et aller ainsi au devant de superbes découvertes !

Galerie Lazarew 14 Rue du Perche, 75003 Paris

Galerie des multiples 17 Rue Saint-Gilles, 75003 Paris

Galerie Perrotin 76 Rue de Turenne, 75003 Paris

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

Vous pouvez utiliser les balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>