Pauline Brosset – elle vous fait porter le chapeau

Pauline Brosset a la mèche blonde rebelle, le verbe enthousiaste et le regard qui pétille. Elle est chapelière, et le revendique fièrement. Son ambition : vous faire porter le chapeau en toutes circonstances. C’est dans son atelier dissimulé à l’abri des regards, au fond d’une charmante cour pavée, qu’elle reçoit ses clients. Expérience unique garantie.

Pauline Brosset – chapelière

Au terme d’une formation de styliste dans l’univers de la mode Pauline Brosset se lance dans un CAP de chapelier. Ce métier qui fut longtemps réservé aux hommes alors que la modiste, elle, est en théorie naturellement féminine. L’un sculpte et forme à la force de ses bras, la seconde découpe, assemble, orne et ornemente.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Elle acquiert et développe son savoir faire grâce à sa rencontre avec Fernand Sebbah, le chapelier de Lanvin, qui la prend sous son aile. C’est à ses côtés qu’elle grandit, avec lui qu’elle apprend. Lors de son décès prématuré en 2010, elle décide de se lancer et d’ouvrir son propre atelier. Ils partageaient la conviction que le chapeau doit être une « création urbaine à porter tous les jours ». Elle va faire en sorte que le Fedora, son produit phare, devienne « un élément du vestiaire quotidien »

Le fedora

« Il n’y a pas de tête à chapeau, il n’y a que de mauvais chapeaux ».

Le Fedora est le symbole de l’élégance discrète, rendu célèbre par des acteurs tels qu’Humphrey Bogart ou Alain Delon. Il est sans couture, fait de feutre moulé, aux bords plus ou moins larges, à la calotte plus ou moins haute, orné d’un ruban gros grain. Pauline le décline en feutre de lapin ou de castor.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Couleurs sobres ou gros grain coloré, bords plus ou moins larges selon la morphologie de celui qui le portera, il s’agit principalement d’un chapeau masculin que les femmes ont commencé à s’approprier. Pour commencer, Pauline échange avec le futur propriétaire pour cerner parfaitement son interlocuteur, sa personnalité, ses attentes, et de créer ainsi son chapeau unique. La confection passe alors par plusieurs étapes. La première, le moulage. Effectué en utilisant une des multiples formes en bois qu’elle possède. La deuxième, celle de l’ajustement, s’effectue avec son instrument le plus précieux qu’elle tient de M. Sebbah : le conformateur . En le posant sur la tête, il permet de relever chaque détail, chaque irrégularité du crâne, pour ensuite façonner le couvre chef parfait.

Atelier sur cour

Son atelier, dissimulé au fond d’une courette pavée, est so parisien. Sur les étagères sont alignées les formes en bois . Le conformateur trône sur l’établi, intrigant tous ceux qui ignoraient jusqu’à son existence. Des Fedora ornent les murs, démontrant ainsi la diversité des possibilités de teintes, formes et finitions. Au cœur de Paris, l’emplacement de son atelier lui permet d’accéder aisément à ses fournisseurs favoris. Shindo pour les rubans dans le 2ème ou encore Ultra mode, une charmante mercerie d’époque à deux pas du métro 4 septembre.

Pour la découverte de l’atelier, mais surtout pour la rencontre avec la créatrice, découvrir l’adresse de Pauline Brosset vaut définitivement le détour.

Pauline Brosset 43 Rue Volta, 75003 Paris
sur rendez vous tel : 01 42 74 65 75 mail : chapelleriepauline@gmail.com

http://paulinechapeliere.com/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

Vous pouvez utiliser les balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>