Luxes au Musée des Arts Décoratifs

L’exposition LUXES au Musée des Arts Décoratifs (MAD)  offre une analyse riche et extrêmement instructive de ce terme pourtant si familier. On parcourt ainsi des époques mais aussi des thématiques complexes dont les décryptages permettent au visiteur de mieux cerner ce concept, tant culturellement que sociologiquement.  Le luxe offert au visiteur ? La découverte d’une salle secrète ordinairement fermée au grand public !

Luxes au Musée des Arts Décoratifs – le luxe au fil des siècles

De nos jours le terme « luxe » est naturellement associé à de grandes maisons, souvent françaises. Ces marques qui enflamment l’imaginaire et suscitent les convoitises. Le MAD fut fondé en 1864 par les ancêtres de ce que nous connaissons aujourd’hui sous l’intitulé d’industries du luxe. Aujourd’hui, ce musée prend pourtant un parti pris innovant en proposant un parcours anthropologique et culturel dans cet univers toujours chargé de rêve.

LUXES au MAD

LUXES au MAD

C’est un sablier qui accueille le visiteur au départ de l’exposition. Parce que le temps est le plus précieux des luxes, et on l’oublie trop souvent.

Puis au pénètre dans l’histoire des LUXES avec l’origine du mot. Et l’on découvre qu’il ne provient pas de « lux », la lumière, mais de « luxus », qui évoque ce qui est séparé, déplacé. Et c’est le point de départ d’un périple qui va nous confronter au luxe du savoir, ou encore à celui de ne pas travailler !

Bien sur, ornements et bijoux sont aussi au rendez-vous.

Mais l’essentiel est ailleurs. Comme par exemple avec le luxe du voyage, illustré par de superbes malles ainsi qu’une Hispano Suiza.

Et c’est l’émerveillement lorsque l’on pénètre dans le joyau caché : le Pavillon 1900

LUXES – le pavillon 1900

Le trésor de cette exposition est indéniablement ce pavillon intégralement réalisé en bois pour l’Exposition Universelle de 1900. Installé aux Invalides, il sera rapatrié au MAD dès 1905.

Il est présenté ici avec les vitrines d’origine de l’exposition ainsi que bon nombres d’objets qui y illustraient les savoir-faire de l’époque.

Accolé à cette pièce, le non moins spectaculaire salon des boiseries et son lustre monumental.

Ici est illustrée la prédilection de la France pour les décors en boiserie qui assureront son rayonnement dans toute l’Europe grâce à l’excellence de ses artisans.

LUXES – la mode bien sûr

Une exposition sur le luxe ne pourrait s’envisager sans la mode qui en est le symbole depuis le XXème siècle.

C’est donc naturellement sur ce thème que l’exposition prend fin. C’est là que l’on comprend son évolution , des années 20 aux corps corsetés, en passant par les années 30 et la libération par Chanel de la silhouette féminine.

Chanel - petite robe noire

Chanel – petite robe noire

Et dans la dernière salle, ce sont les artisans d’art qui sont salués, eux dont on reconnait à nouveau les mérites et les talents longtemps demeurés dans l’ombre.

Pour finir en apothéose toute d’or vêtue.

LUXES jusqu’au 2 mai 2021
Musée des Arts Décoratifs 107 Rue de Rivoli, 75001 Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

Vous pouvez utiliser les balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>