Beaupassage – top ou flop ?

Depuis le début de l’été la presse communique sur Beaupassage, l’espace  gourmand et gourmet du 7ème arrondissement qui a officiellement ouvert ses portes  à la fin du mois d’août. Quelques semaines de rôdage ont été nécessaires pour permettre aux enseignes qui n’étaient pas prêtes le jour J d’ouvrir leurs portes. Désormais, tout le monde est en place. La réussite est-elle à la hauteur du buzz orchestré ?

Beaupassage - the place to be ?

Beaupassage – the place to be ?

Beaupassage – les plus grands noms de la scène gastronomique parisienne

On nous promettait du lourd, et la promesse est tenue. Ici se sont installés tous les chefs étoilés de la place de Paris. Thierry Marx a installé sa boulangerie et propose une restauration rapide en mode street food orchestrée autour du pain.

Yannick Alleno a pris ses quartiers dans ce nouveau temple auto designé de la cuisine de qualité. Il a ouvert l’Allenothèque, qui propose un restaurant,  une cave à vins et une galerie d’art.

Beaupassage - Allénothèque

Beaupassage – Allénothèque

Ici, en semaine, une formule  abordable, des produits de qualité, et le service est au rendez-vous. Le weekend, seule la carte est disponible, et reste alléchante même si les tarifs sont pour le moins élevés.

Et puis il y a Le café par Pierre Hermé, où un club sandwich côtoie un ceviche, pour s’autoriser ensuite la dégustation des emblématiques pâtisseries signature du chef pâtissier.

J’en resterai là dans la liste à la Prévert, mais ce qui ressort pour moi, c’est un sentiment de « name dropping » assorti d’une proposition finalement pas si conviviale, dans un cadre sur lequel je vous propose de m’appesantir ici.

Beaupassage – un clin d’oeil aux célébrissimes passages parisiens ?

Beaupassage - entrée boulevard Raspail

Beaupassage – entrée boulevard Raspail

On pénètre dans les lieux par le boulevard Raspail, la rue de Grenelle, ou encore la rue du Bac. L’entrée par le boulevard Raspail est couverte, rappelant ainsi l’architecture traditionnelle des passages du XIXème siècle. Il en est de même pour le côté rue de Grenelle.

Mais la comparaison avec ces ancêtres architecturaux s’arrête là. On arrive en effet très rapidement sur une zone centrale totalement découverte, qui nécessite d’ailleurs une gymnastique de déménagement du mobilier en cas de pluie soudaine : je le sais, j’ai moi même assisté à un ballet de chaises et de tables orchestré par Yannick Alleno lui même pour rapatrier les clients attablés en extérieur.

Mais ce qui frappe surtout, c’est le côté froid et sans âme du lieu. Des bâtiments aux façades qui rappellent dangereusement celles des immeubles de bureau d’Issy Les Moulineaux, des auvents sombres, des sièges austères. Alors oui, quelques oeuvres artistiques ont été installées pour égayer les lieux, mais comment insuffler de la vie à un lieu si artificiel ? C’est le défi que vont sans doute devoir relever les enseignes réunies dans cette aventure urbaine ! Et cela risque de ne pas être simple.  Tout particulièrement dans les semaines à venir, quand le froid et la pluie s’abattront sur la ville et qu’il faudra se replier à l’intérieur.

En attendant, je me rabattrai sur un des bistrots délicieusement parisiens du quartier, face aux superbes façades haussmaniennes des environs, et je prendrai un déjeuner délicieusement démodé à base de canard confit et d’île flottante !

Beaupassage 53-57 rue de Grenelle 
83-85 rue du Bac 
14 boulevard Raspail 
75007 Paris

Tous les jours 07h00 – minuit

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

Vous pouvez utiliser les balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>