Places royales à Paris : mais combien y en a t-il ?

Le titre de Place Royale ne s’attribue pas à la légère. C’est bien pour cette raison qu’un débat persiste encore aujourd’hui concernant leur nombre à Paris ! Etudions le sujet de plus près pour savoir combien, finalement, il y a de places royales à Paris.

Places Royales – définition

Et si on commençait par les fondamentaux. Une Place Royale, qu’est-ce que c’est ?

Tout est question de symétrie et d’harmonie pour une place royale. On peut en lire une définition par l’historien de l’art Pascal Piéra« création française originale née de l’alliance d’une place ordonnancée et de la statue du souverain, la place royale est le plus souvent une place enclose dans un ensemble de maisons ou d’hôtels, tous identiques, dits à programme ». On note un élément essentiel : la présence sur la place de la statue du souverain. Mais il sera temps d’y revenir. La place royale nait au XVIIème siècle.Quant à la première d’entre elles, on la connait aujourd’hui sous l’intitulé de Place des Vosges. De fait, elle porta le nom de Place Royale jusqu’en 1800.

Place des Vosges – la première d’entre toutes

Il existe des débats quant au nombre de places royales à Paris. Mais une chose est sure : la Place des Vosges en est une, et ce fut même la première d’entre elles. Sa construction commence en 1605 sur décision du roi Henri IV. Ce qui était alors un marché aux chevaux deviendra donc une place somptueuse. Elle est agencée de façon symétrique autour des deux pavillons principaux qui dominent tous les autres.

Place des Vosges

Place des Vosges

Le premier à être construit sera le Pavillon du Roi, côté sud, plus élevé que toutes les autres constructions. Il fait face au Pavillon de la Reine, lui aussi plus haut. Au total, 36 pavillons entourent la place. Tous construits sur le même modèle, ils reposent sur des arcades et disposent de deux étages avec 4 hautes fenêtres, surmontés de deux niveaux en combles. La Place Royale est inaugurée en 1612, après le décès d’Henri IV. En son centre, un jardin clos, et une statue du souverain de l’époque : le roi Louis XIII. Elle est rebaptisée Place des Vosges en 1800 en l’honneur du département des Vosges, le premier à s’acquitter intégralement de l’impôt sous la Révolution Française. Pensée par Henri IV pour offrir aux parisiens un lieu de promenade, elle a gardé cette fonction encore aujourd’hui !

Place Dauphine : est-elle vraiment royale ?

Dans l’ordre chronologique, il y a  la Place Dauphine que l’on doit également à Henri IV, un des rois bâtisseurs de Paris.

Après l’inauguration du Pont Neuf, Henri IV souhaite aménager la pointe de l’île de la Cité, derrière le Palais et jusqu’à ce pont innovant à plus d’un titre. C’est ainsi que nait la Place Dauphine qui doit son nom au fils du roi, le Dauphin. Les instructions du roi sont précises. Il s’agit de construire les nouveaux bâtiments dans l’esprit de la place Royale et conformes au plan suivant : un « promenoir » entouré de maisons « d’un même ordre ». On reconnait les arcades (closes) en rez-de-chaussée entre autres similitudes. Initialement, les bâtiments étaient identiques. La place était presque totalement close, avec deux ouvertures de part et d’autre. Mais de statue royale en son centre, il n’y en eut jamais ! La seule statue du roi est à l’extérieur à la pointe de l’île.

PLace Dauphine

Place Dauphine

Au fil des siècles les différentes maisons sont détruites ou remplacées. Les deux seules qui demeurent de la place d’origine sont celles qui entourent l’entrée vers la place sur le Pont Neuf. Et toujours pas de statue royale. Voilà pourquoi cette place, usuellement qualifiée de royale, ne l’est pas forcément selon certains historiens.

Place des Victoires – à la gloire de Louis XIV

La place des Victoires est l’illustration même de la place royale. Elle est pensée et voulue pour ériger une statue à la gloire du souverain. C’est le maréchal de la Feuillade qui est en charge de sa construction.  Dès son inauguration elle dispose en son centre d’une statue du souverain. Mais la toute première sera en pieds. Puis elle sera déboulonnée lors de la Révolution. Une pyramide de bois la remplacera. Et enfin, c’est en 1822 que sera installée la statue équestre que l’on peut y admirer aujourd’hui.

Place Vendôme – symbole du luxe parisien

Place Vendôme

Place Vendôme

Quand on évoque la Place Vendôme aujourd’hui, elle est naturellement associée au luxe. Entre un palace mythique et les plus prestigieuses des marques de joaillerie, tous les ingrédients sont réunis.

L’histoire de la Place Vendôme a  été parsemée de rebondissements. L’idée initiale, en 1685, consistait à construire une place rectangulaire bordée de somptueux bâtiments publics tels que la bibliothèque royale ou encore l’hôtel de la Monnaie. Les travaux commencent, les façades sont construites, et au milieu se dresse  une statue équestre en bronze de Louis XIV. Mais le projet royal est abandonnée en 1699. Le terrain et les façades qui y ont été construites sont vendus. Ces dernières sont détruites et ce sont des hôtels particuliers qui seront alors construits.  Quant à la statue du roi, elle est détruite en 1789.

En 1810 une colonne est construite surmontée d’une statue de Napoléon en « César ». Elle sera démontée pendant la Commune pour être ensuite remise en place. Que de péripéties pour la plus luxueuse des places royales parisiennes !

Place de la Concorde – la plus spectaculaire d’entre toutes

Last but not least, la Place de la Concorde. Elle est la plus vaste, la plus imposante, et mérite tous les superlatifs imaginables. Son nom actuel est un message politique, attribué par le Directoire pour marquer la réconciliation des français après La Terreur. Mais avant d’en arriver là, tout commence en 1748. C’est la ville de Paris qui décide d’ériger une statue de Louis XV pour fêter son rétablissement après une maladie. Un concours est alors lancé pour transformer ce qui n’était qu’une esplanade en place royale. C’est après de multiples péripéties que la place est achevée en 1772. après la révolution, c’est une guillotine qui prendra la place de la statue envoyée à la fonte.

Quant à l’obélisque que nous connaissons aujourd’hui, il date du 25 octobre 1836. C’est Louis Philippe qui décide d’ériger ce cadeau du vice-roi d’Égypte, Méhémet Ali sur la place de la Concorde où « il ne rappellera aucun événement politique ».

Voilà, nous avons fait le tour de toutes ces merveilles parisiennes. Laquelle est votre préférée ?

Partager

Déambuler, découvrir

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

Vous pouvez utiliser les balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>