Louyetu – chronique d’une mort annoncée ?

Louyetu est une marque de bijoux fantaisie qui revendique des valeurs de transparence et de bienveillance. Un moto : le made in France. Une philosophie de vie avec des bijoux « espiègles », mais aussi de qualité, qui résistent à la vie. Et j’avoue avoir cédé à ce marketing parfaitement ficelé. Oui mais. Louyetu va-t-elle résister au cataclysme Instagram, elle qui est née grace à ce réseau ?

Louyetu – quand le doute a commencé à s’installer

La marque a basé toute sa communication sur la provenance française (voire même parisienne) de ses bijoux, les prix abordables, et la dimension exclusive et rare de chacune de ses « créations ».

Avec la possibilité se s’inscrire aux alertes de retour en stock des bijoux les plus convoités.

Process parfaitement pensé qui entretient l’envie, doublé d’un feed Instagram impeccable, et ça a marché ! Des files d’attente dans les boutiques, un buzz ultra positif sur les réseaux sociaux. Bref, j’ai cédé, et je n’étais pas la seule.

Et puis un jour, j’ai vu exactement le même bracelet, le même maillon, tout pareil en fait, mais ailleurs ! Et puis une fois encore, pour un collier, et un médaillon. Quand finalement en regardant les vitrines de grossistes de bijoux j’ai vu précisément les mêmes modèles ! C’est à ce moment précis que j’ai arrêté d’acheter. Le doute s’était installé et j’avais le sentiment diffus que cette marque était bien moins pure et innocente qu’elle le revendiquait.

Et voilà qu’hier, la boite de Pandore s’est ouverte. Et elle n’est pas prête de se refermer !

Louyetu – témoignages effarants sur Instagram

Depuis hier, grâce au compte @balancetastartup, une déferlante de messages et de témoignages de salariés et de leurs proches s’est abattue sur Instagram.

Deux axes majeurs : le management par la terreur et les bijoux made in China.

Suite à cette libération de la parole, la marque a perdu des dizaines de milliers d’abonnés en un temps record. Et la fondatrice Camille Riou a fermé son compte.

Je l’ai déjà dit, j’ai toujours été très prudente face aux séismes des réseaux sociaux. Mais il s’agit là de dizaines de témoignages qui relatent les mêmes faits, les mêmes pratiques internes violentes. Quant à la provenance des bijoux, il est désormais acté qu’ils proviennent de bien plus loin que la marque ne voulait le faire croire.

Louyetu – et nous, et nous, et nous ?

Louyetu n’est ni la première ni la dernière marque qui dissimule un fonctionnement toxique derrière un rideau de marketing lisse et efficace.

Et la question demeure : comment continuons-nous à nous laisser manipuler ? La conclusion majeure à en tirer en ce qui me concerne est que la vigilance doit être de mise avant tout. La révolution du made in France et des marques éthiques est vraiment en marche, à nous (à moi) d’accompagner ses jolies marques qui sont malheureusement parfois moins visibles alors qu’elles mériteraient tellement de l’être.

Et pour conclure j’espère sincèrement que les salariés bafoués et maltraités iront plus loin pour se retourner contre cet employeur toxique et avoir gain de cause. Souhaitons leur ce succès pour tourner la page !

 

Edit du soir 20 janvier 2021

La fondatrice a fermé son compte Instagram, mais on note également que les commentaires ont été désactivés sur le compte de la marque, et que le flagship rue Volney n’a pas ouvert ses portes. Par ailleurs la presse s’est emparée du sujet aussi.  A suivre donc.

Nouveau développement : Louyetu a répondu au compte « balancetastartup ». Et je dois dire que je ne suis pas vraiment convaincue. Tout particulièrement en ce qui concerne la provenance des bijoux. Prenons un bracelet, soit donc une chaine et un fermoir.  si on lit leur réponse de près, on comprend que la chaine (achetée au mètre) vient de Chine ou d’ailleurs, le fermoir aussi, mais l’assemblage des deux est bien effectué à Paris ! Seriously ?!

 

Vous aimerez aussi...

4 Comments

  1. 1
    • 2

      🙂 A vrai dire, j’avais déjà des doutes quant à la dimension  » fabriqué à Paris » des bijoux. Du coup, les témoignages sur ce point ne m’ont pas étonnée. Quant au traitement de salariés, à suivre..On a eu trop d’exemples de vagues d’attaques sur les RS qui se sont soldées par un grand RIEN? je préfère donc avoir plus de faits avant de juger 😉

  2. 3

    Je ne m’étais pas renseigné sur cette marque et ses arguments de vente même s’ils semblent très jolis.
    Mais il est vrai que j’ai trouvé moi aussi des bijoux très similaires si ce ne sont les mêmes chez des grossistes à Paris.
    Malheureusement le problème est le même ici que dans d’autres domaines comme l’agro-alimentaire : la fabrication française est un argument de vente mais ce n’est pas vraiment fabriqué en France, il y a seulement une ou quelques étapes du processus qui y sont réalisées…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

Vous pouvez utiliser les balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>