CULTIVAL – pour découvrir Paris autrement

Cultival permet de découvrir la ville dans ses endroits les plus secrets.

Ainsi, prenons la Tour Eiffel.

Tout le monde connait, ou plutôt, croit connaitre. Parce qu’avec Cultival, la visite prend une toute autre dimension.

Pour commencer, rendez-vous au pied de la tour Eiffel. Mais au lieu de partir à la découverte de la dame de fer, on lui tourne le dos pour s’en éloigner et descendre sous terre, là où une partie capitale de son histoire réside.

visite Cultival - la tour Eiffel

visite Cultival – la tour Eiffel

Pas de dentelle de métal ni de vue spectaculaire, mais l’histoire de ce qui a permis à cette merveille de perdurer, elle qui était initialement vouée à disparaitre. En effet, c’est par le Bunker du Champs de Mars, anciennement dédié aux communications militaires, que commence la visite.

Un peu d’histoire si vous le voulez bien.

La Tour Eiffel a donc été construite à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889, qui était certes universelle, mais célébrait surtout l’anniversaire du centenaire de la révolution française.

C’est un ingénieur  Suisse qui a l’idée de la Tour de Millepied, premier nom de ce projet de construction qui pourra porter le plus haut possible un drapeau.

L’exposition universelle remporte un grand succès. La tour Eiffel est à cette époque la tour plus haute du monde et les gens de tous pays se rendent au cœur de la Capitale française pour admirer ce chef-d’œuvre architectural.

Le public se presse pour découvrir  une vue sur Paris inédite puisqu’on ne connaissait pas encore la vue d’avion.

C’est grâce à Gustave Eiffel, qui  abandonne toutes ses activités pour se dédier à la tour, qu’elle fut maintenue et sauvée de la destruction ou du déplacement qui la guettait.

Destinée à durer seulement 20 ans, ce sont les expériences scientifiques qu’Eiffel favorisa et en particulier les premières transmissions radiographiques, puis de télécommunication qui la sauvèrent. Signaux radio de la Tour au Panthéon en 1898, poste radio militaire en 1903, première émission de radio publique en 1925 avec Yvonne Printemps et son mari Sacha Guitri, puis la télévision jusqu’à la TNT plus récemment.

C’est dans ce bunker que l’on découvre l’ensemble des couleurs qui ont revêtu la Tour. A l’origine rouge, couleur de la révolution, elle s’est parée de diverses teintes allant du jaune au « brun Eiffel » d’aujourd’hui, couleur déposée depuis 1968.

C’est aujourd’hui le maire de Paris qui décide la couleur puisqu’en 1980 la ville de Paris récupére la gestion de la Tour Eiffel .

Revenons en à cette tour qui se veut un hommage à la science et la technique selon le voeu de Gustave Eiffel qui choisira lui même les 73 noms écrits en doré tout autour du 1er étage.
La visite Cultival se poursuit au coeur de la Tour, plus précisément son pilier Ouest.


Là se trouvent les ascenseurs historiques de 1900.
A l’origine leur était fonctionnement hydraulique et une galerie avait été construite pour l’exposition de 1900 pour permettre de découvrir cette nouvelle technologie. La galerie a été conservée, même si elle est désormais nettement mieux sécurisée ! des schémas expliquent en détail le fonctionnement de ce système.

La suite de la visite mène cette fois au deuxième étage, là ou personne ne peut aller sans guide privé, et là où de nombreux films ont été tournés, bénéficiant de la vue spectaculaire. C’est là aussi que se trouvent les éoliennes installées sur la tour.

La prochaine fois que vous souhaitez découvrir un lieu culte de Paris, mais sous un nouvel angle, et dans des conditions de visite parfaite ( pas de file d’attente, guide privé) , vous saurez que Cultival vous propose un large choix de découvertes.

Tour Eiffel Champ de Mars, 5 Avenue Anatole France, 75007 Paris

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi...

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

Vous pouvez utiliser les balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>